Marie Barbey Chappuis Genève

NAK_1071.jpg

Responsabilités

  • Candidats aux exécutifs communaux | Candidate au Conseil administratif

Description

Candidate au Conseil administratif de la Ville de Genève, découvrez le portrait de

Marie Barbey-Chappuis dans notre journal l'OranGE Pressée, dont vous trouverez un aperçu ci-dessous :

 

Biographique: 

 

37 ans, mariée, deux enfants

1981 : Naissance à Genève

2000 : Maturité latine au Collège Calvin

2004 : Licence en relations internationales (IUHEID)

2005 : Certificat en journalisme (Université Laval, Canada)

2006 : Assistante parlementaire de la députation PDC

2007 : Election au Conseil Municipal de la Ville de Genève

2012 : Naissance de sa première fille, Lucie

2013 : Secrétaire générale adjointe du département cantonal des finances

2015 : Naissance de sa seconde fille, Emilie

Depuis 2016 : Cheffe de Cabinet du Conseiller d'Etat Serge Dal Busco

 

 

1.    Vous avez une longue expérience au sein du Conseil municipal et votre travail y est reconnu, quelles sont vos motivations aujourd’hui à vous présenter au Conseil administratif ?

 

C'est d'abord la passion qui m'anime. La passion pour ma Ville, Genève, dans laquelle je suis née et j'ai grandi. Je suis fière de Genève mais je suis convaincue que l'on peut faire mieux. La dette a augmenté de 120 millions depuis 2012, les logements pour la classe moyenne sont de plus en plus rares, les commerçants et artisans se sentent trop souvent oubliés et les habitants souffrent des nuisances sonores et de la pollution. Je veux me battre pour une Ville à l'image du PDC : une ville attractive, durable et qui ne laisse personne au bord du chemin. Je ne fais pas de la politique pour avoir raison ou pour la gloriole. Je fais de la politique pour que cela marche, pour apporter des solutions concrètes aux habitants et aux entreprises.

 

2.     Selon vous, sur quels axes le PDC doit-il faire campagne ces prochains mois ?

 

Il faut bâtir sur nos fondamentaux : nous devons faire la synthèse entre le dynamisme économique et la responsabilité sociale, comme le disait si bien Jean-Philippe Maître. Cela signifie qu'il faut se battre pour offrir des conditions-cadres attractives à nos PME. Et qu'il faut être attentif à la solidarité entre ceux qui ont des moyens et ceux qui sont plus fragiles. Mais notre parti doit aussi savoir se réinventer et mieux sentir le pouls de la population urbaine, toujours plus sensible aux questions environnementales. On le voit à Zurich, où les résultats aux élections cantonales, le 24 mars dernier, illustrent cette tendance.

 

3.     Quels sont les projets que vous souhaitez porter si vous êtes élue ?

 

J'aimerais d'abord amener un nouvel état d'esprit. La Ville a trop souvent justifié son existence par son opposition au canton. C'est un combat stérile et qui n'intéresse que le microcosme politique. Il faut oublier ces querelles d'ego et retrouver la vraie priorité, à savoir la qualité et l'efficience des prestations délivrées aux habitants. Car au final, ce qui compte pour le citoyen, c'est que cela fonctionne et que ses impôts soient bien utilisés.

 

4.     Ces derniers mois, une grave crise de confiance s’est installée entre le peuple et les membres de l’exécutif suite à l’affaire des notes de frais. Comment reconstruire la confiance dans ce contexte ?

 

Le premier chantier auquel la nouvelle équipe élue devra s'atteler sera effectivement de restaurer la confiance. Avec les citoyens, bien sûr, mais aussi avec le Conseil Municipal. Des mesures de bonne gouvernance sont en train d'être mises en place: davantage de transparence, des règles claires et des contrôles efficaces. Tout cela est nécessaire mais pas suffisant. Le nouveau conseil administratif sera jugé sur son travail et ses projets. Je crois pouvoir amener de la sérénité à nos institutions. Durant mes 12 ans passés au Conseil Municipal, j'ai toujours cherché à construire des projets pendant que d'autres se contentaient de critiquer ou de détruire. Pour réconcilier les citoyen-ne-s avec la politique, il faudra que la nouvelle équipe démontre sa capacité à travailler ensemble au service des Genevoises et des Genevois. Je veux rassembler pour avancer.

 

5.     Que symbolise Genève pour vous ?

 

"La plus petite des grandes Villes"… à condition de ne pas s'endormir sur nos lauriers!